• Calendrier des articles

    octobre 2017
    L Ma Me J V S D
    « août    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Publications récentes

    • Album : LOGO MCPR
      <b>LOGO MCPR</b> <br />
    • Album : PHOTO MCPR
      <b>MCPR</b> <br />
    • Album : MCPR
      <b>LOGO MCPR</b> <br />
  • Nombres de visiteurs

  • Visiteurs en ligne

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Mots-Clefs

LES CINQ PAS DE LA VICTOIRE

Posté par mcpr le 18 septembre 2012

Par le prophète Osée, le Seigneur déclara que le manque de connaissance fait comme quoi Son peuple périsse (Osée 4.6). Dans cette deuxième leçon du Cours Foi, nous allons nous appronfondir, et obtenir un peu plus de connaissance, et cela va nous aider dans notre voie, en direction de la vie abondante, qui a été apportée par Jésus.
   Nous allons aborder un aspect, des plus importants et polémiques de cette étude, concernant la fausse déclaration par laquelle la foi transporte des montagnes. Cela peut nous paraître très étrange, voire même nous troubler, mais en fait la foi n’a jamais déplacé un seul grain de sable. Nous verrons, toutefois, l’importance de la foi, et ce qu’elle peut faire pour nous.
   Nous allons apprendre qu’il faut qu’on se dirige au problème et qu’on l’ordonne de sortir de devant nous, de notre vie, et qu’il se lance à la mer.
   D’autre part, nous verrons que si nous avons des doutes, dans notre coeur, cela est suffisant pour gâter tout le travail, empêchant ainsi la réalisation de l’oeuvre de Dieu.
   L’une des déclaration les plus sérieuses à propos de la détermination, est celle que fit le Seigneur Jésus : En croyant que ce qu’il dit arrive (Marc 11.23). Voici le secret qui produit le miracle.
   Pour terminer, nous avons l’affirmation du Maître, par laquelle tout ce qu’on dit, Il le fera.
   Les cinq pas de la victoire sont un idéal à être suivi par celui qui souhaite devenir un vrai vainqueur en toutes les choses.
                                                                      

                                                                        En Christ,
                                                                        R.R. Soares

 

  Le lendemain, comme ils sortaient de Béthanie, il eut faim. Apercevant de loin un figuier qui avait des feuilles, il alla voir s’il y trouverait quelque chose ; mais, en y arrivant, il n’y trouva que des feuilles – car ce n’était pas la saison des figues. Il lui dit alors : Que plus jamais personne ne mange un fruit de toi ! Et ses disciples l’entendirent.
Le matin, en passant, les disciples virent le figuier desséché depuis les racines. Pierre, se rappelant ce qui s’était passé, lui dit : Rabbi, regarde, le figuier que tu as maudit s’est desséché.
Jésus leur dit : Ayez la foi de Dieu. Amen, je vous le dis, celui qui dira à cette montagne : « Ote-toi de là et jette-toi dans la mer », sans hésiter dans son coeur, mais en croyant que ce qu’il dit arrive, cela lui sera accordé.
                                                                                   Marc 11.12-14, 20-23

   Ce texte nous apporte plusieurs leçons. La partie qui est en évidence (Ayez  la foi de Dieu), est celle que nous allons étudier dans cette leçon.

  • LA FOI N’A JAMAIS DÉPLACÉ LES MONTAGNES

   Pendant plusieurs siècles, des milliers de personnes ont trouvé l’inspiration dans le récit de Marc. Et c’est aussi à partir de ce récit, que quelqu’un formula la belle et fameuse phrase, connue dans le monde entier : « La foi déplace les montagnes ». Mais, cette phrase fut formulée par une personne qui n’a pas fait  d’efforts pour voir si cela était vraiment correct. Et, cette affirmation est dans la bouche de millions de personnes, même de ceux qui sont les ennemis de la foi chrétienne. Du fait d’être mensongère, cette phrase ne supporte pas la moindre confrontation avec les Ecritures Sacrées.
   Je me rappelle très bien lorsque je dis aux pasteurs que la foi ne transporte pas les monts. Ils se regardèrent, et avec effroi même, me demandèrent : « Bon, alors, c’est comment ? » Et, la même chose se passe, lorsque dans nos églises, je dis aux gens que la foi ne déplace pas les montagnes. Cet effroi est compréhensible, et en fait c’est l’une des raisons qu’il y a tellement de gens qui malgré avoir tellement de foi, ne reçoivent absolument rien de Dieu.
   Dans l’histoire racontée par Marc, nous allons étudier les versets 22 et 23 du chapitre 11. Et, nous y trouverons les cinq pas de la victoire.

  • PREMIER PAS : AVOIR LA FOI DE DIEU

   Jésus prit la parole et leur dit : Ayez la foi de Dieu (Marc 11.22). Notre foi doit être uniquement en Dieu. Beaucoup de gens croient en Dieu, mais aussi en plusieurs autres choses. Quelques-uns croient en leur église, d’autres au prêcheur, à la vierge Marie, et d’autres encore en quelque saint ou en quelque lieu. Il y a des gens qui vont au comble d’aller faire des pèlerinages dans des cimetières pour mettre leur main sur le tombeau de quelqu’un qui est mort injustement, et qui réalisait des miracles, selon eux.
   Ces personnes n’auront jamais la foi de Dieu, car la foi vient de ce qu’on entend la Parole de Dieu (Romains 10.17). Celui qui agit de cette manière, n’entend pas ce que lui dit le Seigneur Dieu, et en plus, il fait exactement ce que la Bible condamne.
   La Parole de Dieu nous renseigne au sujet de la foi : Or la foi, c’est la réalité de ce qu’on espère, l’attestation de choses qu’on ne voit pas (Hébreux 11.1). Lorsque nous prêtons l’oreille à la Parole de Dieu, surgit dans notre esprit la certitude que ce dont la Parole révèle être à nous, nous appartient. C’est ça la foi. C’est ce genre de foi en Dieu qu’il nous faut avoir.
   Notre foi doit être en Dieu, et uniquement en Lui. Il n’accepte pas de partager  sa gloire avec un autre. Je suis le SEIGNEUR, c’est là mon nom ; et je ne donnerai pas ma gloire à un autre ni mon honneur aux statues (Esaïe 42.8).

  • DEUXIÈME PAS : PARLER AU MONT

   Celui qui dira à cette montagne…(Marc 11.23).
Il nous faut parler à la montagne  -  au problème, à la misère, à la maladie, ou à la douleur pour qu’ils sortent de notre vie. Ce qui déplace les montagnes c’est notre parole.
   Il me faut confesser que j’ai annoncé plusieurs fois, en disant que la foi déplaçait les montagnes, car je l’avais appris ainsi. J’avais entendu les plus grands prêcheurs du monde parler ainsi. Et, c’est à cause de cela que je dois m’excuser publiquement d’avoir enseigné cette fausse affirmation. La foi n’a jamais déplacé pas même un seul grain de sable. Mais, ce qui déplace les montagnes c’est la parole. Quelle parole ? La Parole de Dieu. Non, la nôtre.
   Bien sûr, la foi est nécessaire. C’est le premier pas vers la victoire. Toutefois, si quelqu’un donne le premier pas, mais ne donne pas le deuxième, l’oeuvre ne pourra pas être faite. Après avoir la foi de Dieu, il faut parler à la montagne.
   J’ai l’habitude de donner l’exemple suivant : la foi c’est l’essence, et la parole la voiture. Il n’y a pas de voiture qui puisse rouler sans essence, de même il n’y a pas d’essence qui puisse déplacer les montagnes.
   Le Seigneur est un Dieu de foi. Il possède toute la foi, Il est parfait. Toutefois, au début, lorsqu’Il créa les cieux et la Terre, Il ne Se disait pas qu’Il avait la foi pour créer ce qu’Il voulait, et qu’à n’importe quel moment Il pourrait créer plusieurs choses. Bien au contraire, la Bible nous raconte que Lui, le Seigneur, fit selon les principes que nous sommes en train d’étudier : Dieu dit (Genèse 1), et les résultats nous les connaissons tous très bien.

  • TROISIÈME PAS : NE PAS HÉSITER DANS VOTRE COEUR

   Sans hésiter dans son coeur…(Marc 11.23).
   Voici la clé de pratiquement tout. Vous pouvez avoir foi en Dieu, parler au problème pour qu’il sorte de votre vie, et vous attendez que cela se passe pour le mieux. Cependant, si vous doutez de ce que vous avez déterminé, au fond de votre coeur, dans l’intimité de votre esprit, oubliez tout simplement : l’oeuvre ne sera pas faite.
   Je remarque que lorsque je demande quelque chose au Seigneur, ou que je détermine quelque chose, et si je n’obtiens pas la bénédiction, en fait, au fond de moi-même j’ai hésité que je l’obtiendrais.
   Hésiter dans son coeur, veut dire qu’il y a une déclaration intérieure par laquelle nous ne croyons pas en ce que nous sommes en train de faire. La raison peut être fortement suggestionnée de plusieurs manières, mais si le coeur en doute, nous ne recevrons rien.

 

  • QUATRIÈME PAS : EN CROYANT QUE CE QU’ON DIT ARRIVE

   Mais en croyant que ce qu’il dit arrive…(Marc 11.23).
   Voici la conséquence normale du troisième pas. Si on n’hésite pas dans notre coeur, il nous faut croire, et celui qui croit s’exprime.
   Remarquez que le Seigneur Jésus ne dit pas qu’il nous faut croire que nous recevrons ce que nous avons demandé ou prié, mais plutôt, qu’il nous faut croire à ce que nous avons dit.
   Il y en a beaucoup qui disent qu’ils croiront lorsqu’ils recevront la bénédiction, ou lorsqu’ils pourront voir un signe quelconque. Ceci n’est pas la formule biblique pour recevoir les bénédictions, car s’il nous faut voir, ce n’est pas la peine de croire. Si nous souhaitons recevoir ce que la Bible nous promet, il nous faut agir selon les normes établies dans la Parole de Dieu. Il est nécessaire de croire que ce qu’on dit arrive.
   Nous pouvons dire que croire c’est combattre les évidences. Croire veut dire aussi que notre détermination est en train de se faire.

  • CINQUIÈME PAS : ET CELA VOUS SERA ACCORDÉ

   Cela lui sera accordé (Marc 11.23).
   Ce pas ne nous concerne pas, car c’est un pas du Seigneur. Rappelons-nous du processus pour recevoir les bénédictions. Premièrement : il nous faut avoir la foi  – la réalité de ce qu’on espère, l’attestation des choses qu’on ne voit pas, et il nous faut croire seulement en Lui (la foi vient de ce qu’on entend la Parole de Dieu – Romains 10.17). Deuxièmement : il faut nous diriger vers le problème, avec autorité, et l’ordonner de sortir de notre vie. Troisièmement : ne pas permettre que notre coeur hésite. Quatrièmement : croyez que ce vous dites arrive. Et alors l’oeuvre se fera. Par qui donc ? Certainement par le pouvoir de Dieu.

  • NOTRE POSITION DE FILS DE DIEU

   Notre position de fils de Dieu est extrêmement privilégiée. Nous sommes la différence. La bénédiction que nous avons besoin ne dépend pas uniquement du Seigneur, mais elle dépend aussi de nous. N’est-ce pas différent ? Et bien, notre responsabilité augmente dans la même proportion que nous apprenons la Vérité.  Maintenant que nous savons comment faire pour que le pouvoir de Dieu agisse en notre faveur, nous ne pouvons pas nous tromper, en essayant des formules magiques, qui sont l’invention des hommes. Celui qui souhaite vaincre devra prendre ses décisions ayant pour base ce que la Parole lui révèle, car c’est la Parole même qui lui apportera la liberté dont elle a besoin : Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres (Jean 8.32).

Publié dans R.R. Soares | Pas de Commentaire »

 

sac longchamp |
Jeunes professionnels de Lyon |
Depaintsa |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Youssef ALLOUCHA
| Hassan al Banna
| école islamique